L’évangile selon Youri – Tobie Nathan

De quoi parle le livre :

L’évangile selon Youri semble être une sorte d’étrange roman autobiographique retraçant un évènement de vie de Tobie Nathan.

Ce livre retrace l’étrange rencontre d’Élie, vieux psychologue désabusé ayant fondé le centre d’ethnopsychiatrie, et Youri un jeune immigré roumain aussi étrange qu’extraordinaire. J’avoue avoir été très surpris par ce livre. À la fois par la douceur et la poésie qu’il dégage mais aussi par la profondeur de certains sujets abordés. Ici se mêle le destin d’un enfant et d’un psychologue rapproché par la précarité de Youri, enfant ayant été confié à l’ASE et au centre d’ethnopsychiatrie. Et ce n’est pas le seul lien entre eux, puisqu’ils sont tous deux immigrés et ont en commun ce rapport à l’étrange.

De plus, le livre prend encore plus de profondeur lorsque l’on a déjà lu du Tobie Nathan. On perçoit très bien la ressemblance entre Tobie Nathan, immigré égyptien et professeur d’ethnopsychiatrie ayant étudié des sujets tels les djinns, les démons et autres esprits, et Élie qui coche chacun de ces critères. Cette similitude rend l’histoire plus passionnante, plus réaliste et c’est un gros point positif car cela améliore d’autant plus le contraste avec les éléments du fantastique. D’autre part il y a aussi toute la réflexion que l’auteur a pu avoir quant à son métier et qui se reflète dans son livre, nous invitant à partir à découvrir les esprits et qui rend flou la limite entre le réel et le fantastique.

Les personnages secondaires ont tous leurs personnalités propre et haute en couleur ce qui les rend attachants. Le seul petit bémol est qu’ils sont finalement assez peu développés à l’exception de trois d’entre eux dont on connaît quelques éléments de passé. Cela s’explique évidemment par la taille du livre (seulement 300 pages), mais je trouve cela dommage malgré tout, j’aurais bien aimé en apprendre plus sur certains de ces personnages.

Cependant, j’ai bien apprécié l’aspect psychologique de ce livre. On sent en lisant ce roman que l’auteur sait de quoi il parle et qu’il n’est pas qu’un simple théoricien. Son personnage d’Élie possède vraiment l’attitude du psychologue et la réflexion que devrait avoir ce genre de professionnel ce qui contribue à rendre ce personnage réaliste.

Au final, entre une histoire prégnante, des personnages principaux bien construits et seulement 300 pages, c’est un livre que l’on a vite fini de lire et que l’on continuerait bien volontier.

Note : 4/5

Août 2018, 299 pages, Édition Stock

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :